BULLETIN DE REINFORMATION DU 26 SEPTEMBRE 2018

Patron d'émission   -  le 26 septembre 2018

Bulletin de réinformation proposé par Jean Bernard et Pierre Spacesi avec la participation d’Anne-Sophie Gauthier et Robert Scott

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00.

 

 

GRANDS TITRES


 

Projet de loi de finance : le revers de la médaille

Vous êtes retraité, fumeur et automobiliste ? Mauvaise nouvelle : vous serez le grand perdant du budget 2019. Un budget placé sous le signe de la relance, alors que la croissance économique commence à battre de l’aile.

Le gouvernement brandit une baisse de la fiscalité de six milliards d’euros, inédite depuis la loi TEPA sous Sarkozy. Qu’en est-il ?

Cette affirmation se fonde sur la baisse de la taxe d’habitation, la “désocialisation” des heures supplémentaires et, enfin, le coup de pouce accordé aux retraités les plus modestes. Bien que ce ne soit pas compris dans le calcul, le gouvernement a quelque peu dépoussiéré le Code général des impôts en supprimant certaines taxes jugées obsolètes, comme la taxe sur les farines, le prélèvement sur les numéros surtaxés dans les jeux télévisés ou radiodiffusés, on en passe… Pour autant, ces économies ont leur revers : la hausse de la taxe sur le tabac et sur les carburants, des taxes sur l’énergie et les restrictions apportées au crédit d’impôt sur la transition écologique en sont parmi les principaux. Les retraités seront quant à eux doublement frappés au portefeuille, compte tenu de la désindexation des retraites sur l’inflation, alors même que celle-ci commence à flamber.

A la différence de ses prédécesseurs, Emmanuel Macron a toutefois scrupuleusement respecté le critère de déficit public de 3 % imposé par le Pacte de stabilité. 

En dessous des 3 % mais en légère hausse par rapport à l’année dernière, l’ensemble du déficit public représente tout de même 2,8 % du PIB. Sur le front de la dette, la situation n’est guère plus réjouissante : elle aura augmenté entre 2017 et 2018, du fait de la reprise par l’État d’une partie de la dette de la SNCF. Ainsi, elle s’élève en 2018 à presque 100 % du PIB. Un constat qui laisse peu augurer des années suivantes, entre croissance en berne et diminution insuffisante des dépenses publiques. S’agissant de la “cible” du gouvernement d’une suppression de 50.000 postes dans la fonction publique, Emmanuel Macron n’en aura proposé que 4.164, un chiffre bien timide.

 

La Manif pour tous prête à reprendre du service en cas d’extension de la PMA

Hier matin, le Comité consultatif d’éthique a confirmé sa position en faveur d’une extension de la Procréation médicalement assistée en faveur de couples lesbiens et des femmes seules. Après les États généraux de la bioéthique, cet avis du comité d’éthique clôt la phase de consultation. Un projet de loi de révision des lois de bioéthique sera débattu en 2019, et malgré l’absence de consensus, Emmanuel Macron ne peut plus reculer et se doit de trancher la position que défendra son gouvernement. La décision s’annonce d’autant plus délicate à prendre que le chef de l’Etat, personnellement favorable à l’extension de la PMA, est un plein dévissage dans les sondages.

Le spectre de la Manif pour tous hante le chef de l’Etat, conscient de la détermination d’un mouvement que son prédécesseur avait, selon lui, inutilement humilié. Cette crainte est-elle justifiée ?

Oui, elle l’est tant les réactions n’ont pas tardé. Suite à l’avis du Comité Consultatif National d’Ethique, La Manif pour tous a réuni, le soir même, plus de 500 manifestants. Le mouvement créé en 2012 en opposition à la loi autorisant le mariage entre personnes de même sexe estime que “le principe de précaution devrait s’appliquer”. Albéric Dumont rappelle d’ailleurs que La Manif pour tous “demande toujours l’abrogation” de cette loi, qui selon elle, “a lancé l’engrenage et son déroulé logique : mariage, adoption, PMA et GPA”. Même son de cloche à la Conférence des évêques de France, laquelle s’insurge contre le fait qu’on institutionnalise la privation du père pour les enfants. Du côté de l’opposition, plusieurs personnalités LR ont affirmé leur opposition à l’extension de la PMA. Enfin Marine Le Pen s’est elle aussi prononcée contre au nom de l’intérêt supérieur de l’enfant de même que Nicolas Bay, président du groupe Europe des Nations et des Libertés au Parlement européen, ou encore l’eurodéputé Marie-Christine Arnautu toujours aussi engagée sur les questions sociétales.

Cet avis va manifestement dans le sens des activistes LGBTIQ. Qu’en est-il réellement ?

L’extension de la PMA aux couples lesbiens est une revendication qui n’est pas nouvelle. Au nom de l’égalité, ses partisans exigent que toute femme devrait avoir le droit de recourir à la PMA afin de leur permettre de soulager la souffrance qu’engendre le désir d’enfant non satisfait, au-delà même du fait que cette situation soit subie ou délibérée selon les cas. Pour les associations LGBT, le feu vert à la PMA ne serait qu’un premier pas vers la fin de ce qu’elle perçoit comme une hypocrisie. De nombreuses Françaises se rendraient déjà en Belgique et en Espagne pour se faire inséminer. Mais celles-ci exigent déjà davantage : la reconnaissance de la filiation des deux mères et le remboursement intégral de la PMA comme pour les couples hétérosexuels, ce qui n’est pas acquis. Toujours au nom de l’égalité, bientôt elles revendiqueront la légalisation de la Grossesse Pour Autrui. Assurément l’avis du CCNE a rouvert la boîte de Pandore…

 

BRÈVES DE FRANCE


 

Assemblée générale de l’ONU : la France humiliée par son propre président

Alors que le président américain Donald Trump a ouvert son intervention devant la 73ème Assemblée générale des Nations unies en indiquant que les Etats-Unis préfèrent le respect des traditions, de la souveraineté des Etats et l’indépendance des nations plutôt que la gouvernance mondiale, le contrôle et la domination, le président Macron a jugé bon de lui répondre indirectement en… humiliant son propre pays. Dans sa volonté d’illustrer ses déclarations contre le nationalisme, le repli sur soi, le protectionnisme, la fermeture des frontière, Emmanuel Macron s’est exclamé : « Nous sommes un pays qui a fait beaucoup d’erreurs, de mauvaises choses », faisant allusion à ses récents propos controversés sur l’usage de la torture en Algérie et la disparition de l’enseignant communiste Maurice Audin en 1957. Humilier la France, mépriser son peuple, tel semble être devenu le nouveau leitmotiv du chef de l’État lors de ses déplacements à l’étranger…

La phrase du jour

Elle est signée Mourad Boudjellal, président du Racing club de Toulon. « Une équipe de France [de rugby] plus africaine ? C’est bien » a-t-il asséné dans un récent entretien.

Censure médiatique : Éric Zemmour déprogrammé de l’émission “On n’est pas couché”

Julien Bellver, journaliste de l’émission « Quotidien », l’assure : le polémiste ne serait pas le bienvenu chez Laurent Ruquier, où il a pourtant été chroniqueur pendant plusieurs années. L’écrivain et journaliste du Figaro devait passer en effet dans « On est N’est Pas Couché » en octobre pour présenter son nouveau livre « Destin Français ». Mais, depuis la dernière polémique suite au passage d’Éric Zemmour dans l’émission « Salut les Terriens », Laurent Ruquier ne serait plus favorable à la venue du journaliste.

Théo mis en examen pour « escroquerie en bande organisée »

Théo Luhaka, celui-là même qui avait été érigé en victime innocente de violences policières par les médias et le président François Hollande, est au cœur d’une vaste affaire de détournements d’aides publiques. Mis en examen le 31 juillet dernier la justice soupçonne plusieurs membres de la famille Luhaka d’avoir détourné des centaines de milliers d’euros octroyées dans le cadre du dispositif des « emplois avenir » par le biais d’associations ou de sociétés bidons. Au cœur de ce mécanisme bien huilé : Aulnay Events, présidée par le grand-frère Mickaël. Celle-ci a embauché 42 personnes et touché, entre janvier 2014 et juin 2016, 643.000 € de subventions d’Etat, dont 170.000 virés sur les comptes de huit membres de la famille. Théo a perçu à lui seul 52 000 €. Réaction de son avocat : « Il ne faut pas perdre de vue pourquoi cette affaire est instruite et pourquoi mon client est mis en examen : cela correspond à une volonté de nuire à son image en le présentant comme un délinquant afin de le décrédibiliser. » La victimisation, encore et toujours. Pourquoi en effet changer une stratégie qui a si bien fait ses preuves lors la première affaire Théo ?!

L’amertume de Gérard Collomb

Le ministre de l’Intérieur cache de moins en moins la déception qu’il nourrit à l’égard du président de la République dont il a été pourtant l’un des premiers et fervents soutiens lorsque celui-ci s’était lancé à la conquête du pouvoir. L’ancien maire de Lyon, qui a annoncé sa candidature aux prochaines élections municipales, n’a pas digéré la façon dont son mentor a tenté de lui faire porter le chapeau dans l’affaire Benalla. « Nous ne sommes pas nombreux à pouvoir encore lui parler », dit-il en petit comité, sachant que la formule se retrouvera rapidement dans tous les médias. « D’ailleurs, il va finir par ne plus me supporter. Mais si tout le monde se prosterne devant lui, il finira par s’isoler, car par nature l’Élysée isole. » A une journaliste de La Dépêche du Midi, Gérard Collomb évoque le « manque d’humilité » de l’exécutif. « Les provinciaux, et j’en suis, ont déjà une tendance naturelle à considérer que les Parisiens ont la grosse tête et les snobent, or des expressions comme la nouvelle grammaire de la politique ou la ‘start-up nation’, ils ne s’y reconnaissent pas.» Ce nouveau monde a décidément des allures d’ancien monde…

 

NOUVELLES DU MONDE


 

Bloody Sunday : le ministère de la Défense britannique poursuivi

Le 30 janvier 1972, à Derry, en Irlande du Nord, des parachutistes de l’armée britannique tirèrent sur des manifestants des droits civils réclamant l’égalité des droits pour les catholiques. Près d’un demi-siècle s’est écoulé depuis ce jour où 13 personnes trouvèrent la mort, 15 furent blessées. En 2010, une enquête présidée par Lord Saville, réputée avoir été la plus longue et la plus coûteuse de toute l’histoire britannique (12 ans et 195 millions de £), avait conclu que l’armée avait tiré sur des innocents. À la suite de ces conclusions, le Premier ministre de l’époque, David Cameron, avait présenté des excuses publiques qualifiant ces meurtres d’injustifiés et d’injustifiables mais les familles des victimes n’avaient pas pour autant obtenu l’indemnisation qu’elles réclamaient. Aussi, le cabinet d’avocats Madden & Finucane a-t-il été chargé de 21 demandes intentées au nom de personnes tuées ou blessées par balle. Trois de ces actions doivent prochainement faire l’objet d’une audience de première instance sur la question des dommages-intérêts devant la Haute-Cour de Belfast.

Une embarcation clandestine prise à partie par la Marine marocaine

Les autorités marocaines ont annoncé dans un communiqué que la Marine royale avait été contrainte d’ouvrir le feu sur une puissante embarcation à moteur qui se trouvait dans les eaux marocaines et refusait d’obtempérer. Pilotée par un Espagnol, celle-ci transportait des migrants clandestins. Bilan : une personne est décédée des suites de ses blessures et 3 autres ont été blessées. Le pilote a été appréhendé et une enquête a été ouverte. Depuis le durcissement des contrôles opérés par les gardes-frontières et garde-côtes libyens, les flux de migrants se sont intensifiés entre le Maroc et l’Espagne. L’Organisation internationale pour les migrations a indiqué que, depuis début 2018, l’Espagne a enregistré plus de 38.000 arrivées par voie maritime et terrestre. Les autorités marocaines ont pour leur part précisé avoir fait avorter 54.000 tentatives de passage vers l’Union européenne sur ce même laps de temps.

Syrie : Israël maintiendra ses raids aériens malgré les mesures prises par la défense russe

Le 17 septembre dernier, un appareil russe de reconnaissance électronique avait disparu des radars en Syrie. Selon, le ministère de la défense russe, son avion aurait été abattu par un missile syrien en raison du comportement de 4 avions de chasse israéliens, qui se seraient dissimulés sous l’avion russe lors d’un raid effectué au-dessus de la province de Lattaquié. Une analyse que ne partagent pas les autorités israéliennes qui pointent la multitude de missiles sol-air déclenchés par Damas, alors que les avions de chasse n’étaient plus dans la zone. Le ministère de la Défense russe a annoncé lundi dernier la livraison de systèmes de défense S-300 à l’armée syrienne. Or Israël fait depuis longtemps campagne pour que Moscou ne fournisse pas à la Syrie ces systèmes de défense car ils réduiraient la capacité de l’aviation israélienne à mener des raids en territoire syrien contre des objectifs iraniens et du Hezbollah libanais. Toutefois, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a déclaré mardi que les opérations aériennes en Syrie contre la présence de forces iraniennes en territoire syrien seraient maintenues.

 

La bonne nouvelle du jour 

Ariane 5 a réussi son centième lancement cette nuit et a placé deux satellites de télécommunication en orbite.

 

Commentaires Facebook
Etiquettes :

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

↺ Lacant

06:00 07:00