BULLETIN DE REINFORMATION DU 26 JUIN 2018

Patron d'émission   -  le 26 juin 2018

Bulletin de réinformation proposé par Alix Wald et Gauthier de Saint-Wolf

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00.

 

 

GRANDS TITRES


Séparation des enfants et des parents clandestins aux États-Unis : les médias diffusent émotion et mensonges

Cible d’un torrent d’invectives de la part des médias du monde entiers depuis la publication de pleurs d’enfants mexicains dans un centre de rétention, Donald Trump aura été traité de tous les noms : Insensible, sans âme, lâche, trois qualificatifs qui précèdent le nom du président américain à la couverture du journal Daily-news. La couverture du magazine Time d’une fillette hondurienne en pleurs face à un Donald Trump à l’air sévère a fait le tour du monde.

On assiste à l’instrumentalisation de l’image d’un enfant comme pour le petit Aylan

Tout à fait, à ceci près que si le malheureux petit Aylan, paix à son âme, était réellement mort, la petite Yanela de la couverture du Time, elle, n’a jamais été séparée de sa mère, comme le prouve une enquête menée par le journal Libération. Mieux encore : la mère, Sandra Sanchez, a quitté le Mexique sans prévenir son mari, lui laissant la charge de trois autres enfants, désormais véritablement séparés de leur mère, par leur mère.

Une instrumentalisation destinée à susciter l’émotion

On ne gouverne pas un pays en cédant à l’émotion, et tout est fait par les médias pro-immigration pour soulever une vague d’indignation contre la politique du président Trump en insistant sur la tristesse de ces séparations. En outre, le vocabulaire employé par l’opposition est clairement évocateur : « Déporter », « camps ». En réalité il ne s’agit pas de « camps » mais de « centres » de détentions.

Cette séparation parent/enfant n’est pas une décision délibérée de Donald Trump mais la résultante d’une autre mesure.

En effet, cette disposition était déjà en vigueur sous le prix Nobel de la paix Obama : tous les clandestins appréhendés sur le territoire américains sont poursuivis au pénal, mais la loi états-unienne, préservant les mineurs des poursuites pénales, ces derniers ne peuvent être incarcérés avec leurs parents. Face au tollé, Donald Trump a même signé une clause permettant le rassemblement des familles : c’est donc le président du rassemblement et non de la séparation parents/enfants.

Matteo Salvini en Libye déterminé à enrayer l’immigration illégale

Depuis l’entrée en fonction du gouvernement populiste en Italie le 1er juin, le patron de la Ligue Matteo Salvini multiplie les déclarations provocatrices pour affirmer sa politique : le refus d’accueillir l’Aquarius, ou les annonces sur les Roms clandestins.

Alors que s’organisait à Bruxelles le sommet sur l’immigration qui n’a abouti, bien sûr, sur aucune solution concrète, il a salué dimanche l’intervention des autorités libyennes, qui ont recueilli en mer et ramené en Libye plus de 820 clandestins.

Et hier, lundi 25 juin, Matteo Salvini a effectué une visite officielle en Libye ?

À Tripoli, il a affirmé que l’Italie allait proposer l’installation, d’un commun accord avec les autorités libyennes, de, je cite, « centres d’accueil et d’identification au sud de la Libye, à sa frontière externe, pour aider autant que possible l’Italie à bloquer la migration ». Lors du sommet européen, la France et l’Espagne avait proposé ce samedi des « centres fermés » sur les côtes européennes. Ce à quoi Salvini avait répondu sur Twitter : « Des hotspots d’accueil en Italie ? Ce serait un problème pour nous et pour la Libye elle-même parce que les flux de la mort ne s’interrompront pas ».

Les ONG ont été sommées par l’Italie de ne plus intervenir dans les opérations de sauvetage

Il a en effet souligné la nécessité de renforcer la souveraineté libyenne sur l’espace maritime. Au contraire, il fustige l’action des ONG humanitaires, faisant savoir que plus aucun de leurs navires ne pourrait accoster en Italie pour y débarquer les clandestins recueillis en mer. Lundi, dans un entretien donné à La Repubblica, le vice-premier ministre libyen Ahmed Miitig a appuyé sur la collaboration « décisive » entre Tripoli et le gouvernement italien : « Les trafiquants qui font venir les migrants en Italie sont pour nous des bandes criminelles dangereuses, qui ne permettent pas à la Libye de faire des pas en avant en direction d’une difficile normalisation ».

BRÈVES DE FRANCE


Arrestations d’une dizaine de militants dits d’ultra-droite

Dix personnes du groupuscule d’ultra-droite baptisé « Action des Forces opérationnelles » ont été interpellées samedi soir par les services antiterroristes. Ces suspects avaient « un projet de passage à l’acte violent aux contours mal définis à ce stade, ciblant des personnes de confession musulmane », a précisé une des sources proches de l’enquête. Une autre source a indiqué que ce groupe visait « des cibles présumées en lien avec l’islam radical ». On peut noter la confusion entre musulmans et islam radical, que l’on nous enjoint pourtant de ne pas amalgamer. Ce groupuscule terroriste d’ultra-droite, dont les membres sont éparpillés dans la France entière, et qui sont âgés de 32 à 69 ans n’avaient pourtant préparé aucune action concrète : « Aucun projet d’attaque n’a cependant été clairement matérialisé » ! On peut se demander comment les renseignements sont parvenus à trouver ces hommes alors que leur attentat n’était même pas planifié ? Pendant que l’on arrête préventivement des nationalistes, les islamistes sont dans la nature…

Emmanuel Macron devient chanoine

Le Président Macron se rendra en visite officielle au Vatican ce mardi. Il recevra lors de cette cérémonie le titre de chanoine de Latran, titre honorifique porté par les Rois de France et transmis aux présidents de la République. Face aux critiques qui considèrent cet acte comme une entrave à la laïcité, l’Élysée a répondu que cela, je cite, « faisait partie du package ». Le Président, bien que baptisé à sa demande à l’âge de ses 12 ans, demeure agnostique, et ne fera pas discours à l’issu de la cérémonie. Il évitera ainsi le scandale que Nicolas Sarkozy avait provoqué en disant, je cite, “dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur”.

Incidents dans les Yvelines après les élections en Turquie

Suite aux premiers résultats des élections annonçant la victoire de Recep Tayyip Erdogan, des émeutes ont éclaté dans le quartier du Val-Fourré, à l’ouest de Mantes-la-Jolie dans les Yvelines. La cité de 20.000 habitants a été reconnue comme l’une des plus chaude de France, souffrant d’une insécurité quotidienne. Ces violentes échauffourées opposaient des membres des communautés turques et kurdes. Les violences liées à des élections étrangères se multiplient en France, principalement dans les quartiers où l’immigration est la plus forte et où le sentiment d’appartenance à la France apparaît alors plus que secondaire.

Arrêt progressif d’Autolib jusqu’au 31 juillet

La résiliation du contrat liant le syndicat mixte Autolib’, Vélib’ et le groupe Bolloré a été votée jeudi 21 juin. Une fermeture progressive entraînant la diminution de voitures et de places disponibles est mise en place jusqu’au 31 juillet. Les abonnements Autolib seront suspendus définitivement mais il sera toujours possible de s’inscrire auprès des groupes Communauto, Ubeeqo ou Zipcar, qui ne possèdent que 240 voitures contre les 4000 d’Autolib’.

Le projet de Service National Universel poursuit son cours

Demain sera présenté devant le conseil des ministres une mesure chère à Emmanuel Macron qui en avait fait une de ses promesses de campagne : le service national universel. Il se déroulerait sur une période obligatoire d’un mois puis sur la base du volontariat pour une éventuelle suite, et concernerait tous les jeunes de 16 ans. Seules les grandes lignes de ce projet sont pour l’instant dévoilées. Pour autant de nombreuses voix se sont déjà levées contre cette mesure, du côté des organisations de jeunesse comme des militaires. L’armée craint que les importants moyens nécessaires à l’accueil et la formation de près d’un million de jeunes par an soient prélevés sur son budget déjà jugé insuffisant.

NOUVELLES DU MONDE


A Londres, Julian Assange, toujours sur le qui-vive

Poursuivi pour ses révélations spectaculaires, Julian Assange bénéficie depuis six ans de l’asile politique à l’ambassade de l’Équateur. Sans complexe, celui qui se fait fort de vouloir rétablir un équilibre entre les pratiques informatiques des États et le besoin de liberté des usagers du net, ne s’était pas privé de poursuivre ses activités numériques à partir des locaux de l’ambassade de l’Équateur à Londres. Voyant peu à peu ses relations avec ses partenaires européens contrariées, l’Équateur s’est résolu à couper la connexion Internet d’Assange en mars 2018, dans l’espoir que ce dernier finirait par abandonner la partie. Choix d’autant plus délicat que l’homme est poursuivi par de nombreux états, à commencer par le Royaume-Uni qui lui reproche d’avoir enfreint les conditions de sa libération sous caution ou encore les États-Unis qui cherchent à le faire extrader.  Il est vrai qu’il n’y était pas allé de main morte en rendant publics les courriels d’Hillary Clinton, durant la campagne présidentielle américaine, au point, disent certains, de lui avoir fait perdre les élections.

Les Fonds Européens menacés pour ceux qui refusent d’être solidaires des clandestins

Le commissaire européen Pierre MOSCOVICI a annoncé ce lundi qu’il serait favorable à une baisse des versements européens pour les pays qui refusent d’accueillir des clandestins. Il a déclaré sur BFMTV « Pour ceux qui refusent la solidarité, il n’est pas légitime qu’on continue à verser les fonds européens dans les mêmes proportions […]. S’ils ne veulent pas participer, il faut qu’ils en payent le prix ». Selon lui, la création du futur budget pour la zone Euro, actée la semaine passée par la France et l’Allemagne, va dans ce sens.

Budapest demande l’entrée des Balkans dans l’UE

Peter Szijjarto, ministre hongrois des affaires étrangères, a déclaré lundi 25 juin dernier que l’Union Européenne devrait accélérer le processus d’adhésion des pays de l’ouest des Balkans. Cependant, malgré l’avancée des progrès de ces pays par rapport aux critères d’adhésion, même la Serbie ou le Monténégro ne pourraient pas rentrer dans l’UE avant 2025. Le ministre hongrois persévère, je cite, « il faut élargir l’Union Européenne aussi vite et rapidement que possible. Nous voudrions une Union des 28, 29, 30 ». 

Démantèlement d’un trafic de drogue international dans le Bas-Rhin

Après six longs mois d’enquête sur un trafic de stupéfiants et la mobilisation de 120 policiers et gendarmes le lundi 18 juin, 7 personnes ont été mises en examen à l’issue de leurs gardes à vue. Elles sont soupçonnées d’appartenir à un réseau de malfaiteurs, localisé à la frontière franco-allemande, spécialisé dans le transport à « grande échelle » entre l’Espagne, les Pays-Bas, l’Allemagne et la France. Parmi ces délinquants, l’un est une des têtes du réseau (un ressortissant allemand de Benheim) qui gérait la revente de la drogue. Des investigations sont toujours en cours pour définir le niveau de responsabilité des acteurs et les quantités de drogues transportées.

La chancelière allemande sommée de démissionner à l’antenne belge de la première radio allemande

Face à la crise migratoire que subit l’Union Européenne, la chancelière allemande refuse néanmoins les compromis. Beaucoup s’opposent à sa politique migratoire à l’image du correspondant à Bruxelles de la 1ère chaîne allemande, Malte Pieper, qui demande ouvertement sa démission : « Chère Angela Merkel, après près de 13 années de chancellerie, vous n’avez plus rien à gagner sur la scène européenne, en dehors d’une aversion tangible. C’est ce qu’ont montré toutes les rencontres des derniers mois. Apportez donc enfin votre contribution pour stopper la tendance apparemment inéluctable qui conduit à la division de l’Europe […] Quittez la chancellerie pour un successeur dont le nom ne soit pas plombé comme l’est le vôtre. […] ». Merkel avait déjà été fragilisée par l’ultimatum posé par son ministre de l’Intérieur Horst Seehofer, qui avait menacé : « Si aucune solution européenne n’est trouvée, nous serons obligés d’agir seuls. Cela fait trois ans que nous parlons, maintenant il est temps de prendre une décision ! ».

Éphéméride : ich bin ein Berliner !

C’est le 26 juin 1963 que John Kennedy alors président des Etats-Unis prononce cette fameuse phrase lors d’un discours à Berlin. A cette époque Berlin est divisé comme tout le reste de l’Allemagne en deux blocs, et le mur qui traverse la ville depuis presque deux ans. Ce discours est considéré comme l’un des points forts de la guerre froide, au moins d’un point de vue du symbole.

Et la bonne nouvelle du jour est que la France compte de plus en plus de loups !

Selon un bilan publié par l’office national de la chasse et la faune sauvage ce lundi, il y a actuellement 430 loups en France. C’est 20% de plus que l’an passé, et colle à l’objectif fixé de 500 loups en 2023. Dans le même temps, la préfecture des Pyrénées-Atlantiques a annoncé la réintroduction de deux ourses dans le Béarn, et lancé hier une consultation afin de déterminer dans quelle commune celles-ci seraient lâchées. Si elles ne sont pas toujours du goût des éleveurs de bétail locaux, ces réintroductions sont bénéfiques pour toute la faune et la flore. Les grands prédateurs sont en effet nécessaires à l’équilibre de l’écosystème, comme cela a pu être prouvé notamment Outre-Atlantique dans le parc de Yellowstone.

Commentaires Facebook
Etiquettes :

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

↺ L.J. de la plus grande France

02:00 05:00