BULLETIN DE REINFORMATION DU 25 JUIN 2018

Patron d'émission   -  le 25 juin 2018

Bulletin de réinformation proposé par Henri Benoît et Aymeric Lasserre.

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00.

 

 

GRANDS TITRES


Fête de la musique à l’Élysée : musique électro aux couleurs de la LGBT

Le journal le Figaro n’a pas hésité à titrer : JE CITE « Le temps d’une soirée, l’Élysée s’est transformé en boite de nuit électro ».

C’est à l’occasion de la fête de la musique que 1500 personnes se sont invitées dans la Cour d’honneur de l’Élysée jeudi dernier, pour une soirée festive aux côtés du couple présidentiel. Plusieurs DJ’s se sont succédés pour animer la soirée : Chloe, Kavinsky, Busy P, Cézaire, et Kiddy Smile, qui s’est fait remarquer par un t-shirt sur lequel on pouvait lire « fils d’émigré, noir et pédé ». Le tout sous la bénédiction de Jack Lang, ex ministre de la Culture de François Mitterrand, qui a institutionnalisé la fête de la musique en 1982. Il faisait partie des invités d’honneur.

Et comment cet événement a –t-il été ressenti par les Français ?

Certains commentateurs n’ont pas hésité à voir dans cet événement inédit, un abâtardissement de la fonction présidentielle, qui n’est pas sans rappeler l’épisode de la gouvernance Hollande au cours duquel le rappeur Black-M avait été sollicité puis décommandé pour la commémoration du centenaire de la bataille de Verdun.

Il ne manque qu’une prochaine fête des voisins pour redynamiser, au sommet de l’Etat, les ressorts usés du « vivre ensemble ». Ajoutons que la fête de la musique n’a pas été la fête pour tout le monde : Ouest-France révèle que jeudi soir à Saint-Brieuc, un couple a été roué de coup par trois mineurs dits « isolés », mais bien déterminés à s’emparer des téléphones portables de leurs victimes.

Nouveaux remous sur les comptes de campagne d’Emmanuel Macron

Plusieurs élus Les républicains, du conseil municipal de Lyon ont saisi le procureur de la République pour des soupçons de financement sur fonds publics de la campagne d’Emmanuel Macron. Ils contestent les avantages accordés au candidat Macron par Gérard Collomb, alors maire de Lyon et président de la Région Lyonnaise. En effet, l’ancien chef de cabinet de Gérard Collomb, appointé par le contribuable, se serait exclusivement consacré à partir de 2016 à la campagne de l’ex ministre de l’économie de François Hollande, faisant ainsi de son poste officiel un emploi fictif.

Mais cette plainte à propos des frais de campagne d’Emmanuel Macron n’est pas la première ?

Effectivement, elle fait suite à l’action en justice de l’association Anticor (anti corruption) du 13 juin dernier, visant la probité des comptes de campagne d’un certain nombre de candidats parmi lesquels Benoît Hamon, Jean Luc Mélenchon, Marine Le Pen et Emmanuel Macron : des ristournes, remises, rabais, prix cassés auraient été passés sous silence par la Commission Nationale des Comptes de Campagne, également mise en cause par l’association AntiCor. On évoque par exemple la location du théâtre Bobino pour un montant de 3000 €, très au-dessous du tarif habituel qui avoisine les 13 000 €.

Reste à savoir si le procureur de Lyon diligentera les investigations demandées par les requérants.

Le SIAM à l’honneur pour quelques jours

Ce lundi 25 juin, Emmanuel Macron rencontrera le numéro un du régime thaïlandais, le général Prayuth Chan-Ocha, arrivé au pouvoir en 2014, suite au coup d’état militaire du 22 mai 2014. A l’ordre du jour, la réactivation des relations économiques entre les deux pays. En effet, le poids économique croissant du voisin chinois explique en partie la volonté de Bangkok de se rapprocher des puissances européennes. La France est actuellement le deuxième pays exportateur européen vers la Thaïlande, après l’Allemagne. Seront notamment discutés : l’achat par la Thaïlande d’un satellite d’observation construit par Airbus, pour un montant de 185 millions d’Euros, et la mise en place d’un partenariat pour la maintenance de l’aéroport de Bangkok.

Mais la Thaïlande n’est-elle pas une monarchie ?

Effectivement et n’en déplaise à certains, la Thaïlande est une monarchie constitutionnelle marquée par le très long règne du francophone Rama IX, entre 1946 à 2016. Il contribua notamment en 1967 à la naissance de l’ASEAN (Association des Nations du Sud Est asiatique), une union douanière dont la Thaïlande assure toujours la coordination.

Mais, il semble que la presse française ne voit pas cette visite d’un très bon œil ?

Elle souligne en effet les restrictions en matière de liberté d’opinion et la surveillance étroite de l’opposition par la junte militaire thaïlandaise. Se calant sur la ligne politique de Theresa May, l’administration Macron a d’ores et déjà fait savoir à son hôte qu’elle souhaitait la tenue d’élections libres en Thaïlande et le retour à un gouvernement civil élu.

BRÈVES DE FRANCE


Macron tente de mettre fin à la polémique entre l’humoriste Yassine Belattar et Manuel Valls

Manuel Valls avait en effet vivement critiqué la nomination par Macron de Yassine Belattar au « Conseil présidentiel des Villes », lui reprochant ses sympathies clairement affichées pour le CCIF (Collectif contre l’Islamophobie en France), proche des Frères Musulmans. Souvent invité sur les plateaux de télévision, Belattar n’avait pas hésité à qualifier Valls JE CITE « d’un des hommes qui a le plus brisé le vivre-ensemble ces dernières années » FIN DE CITATION. Auparavant, Belattar s’en était pris sur Facebook au père d’un soldat tué par Mohamed Merah à Montauban en mars 2012, puis plus récemment, à un journaliste du Figaro, Alexandre Devecchio, qu’il avait traité d’islamophobe et menacé d’égorgement… De quoi s’interroger sur l’entourage du président !

L’écologie bientôt dans la Constitution ?

Mercredi 20 mai, Nicolas Hulot, ministre de la Transition Énergétique annonçait le souhait du gouvernement d’inscrire la défense de l’environnement dans la Constitution. En avril 2018, lors de la présentation des grandes lignes de la réforme constitutionnelle, Edouard Philippe a fait savoir qu’il voulait que la lutte contre le dérèglement climatique et la protection de la biodiversité soient inscrites dans l’article 1 de la Constitution.

Nous pouvons légitimement nous poser la question de l’utilité d’une telle mesure. Interviewé récemment par RT France, le compositeur Francis Lalanne a fait part de ses doutes sur l’utilité d’un tel projet législatif et il n’a pas hésité à dire que « plutôt que de mettre l’écologie dans la Constitution, il vaudrait mieux enlever le mensonge du discours politique ».

La lutte contre la haine sur Internet : un dispositif à géométrie variable ?

De nombreux propos haineux à l’encontre des Français et de la France peuvent être tenus sur Internet en toute impunité. Cependant, il semblerait qu’Emmanuel Macron ne souhaite pas lutter contre la haine anti-France qui selon lui n’existe pas, mais seulement combattre le racisme et l’antisémitisme. Il a donc chargé Karim Amellal, un enseignant de Science Po, d’une mission ayant pour objectif la lutte contre « le fléau » du racisme et de l’antisémitisme. Karim Amellal possède déjà une vision biaisée et il n’a pas hésité à déclarer qu’on assistait « à une banalisation de la parole haineuse à l’encontre des musulmans, des juifs, des homosexuels et des femmes ».

Avec un tel programme, ce qui se profile à l’horizon c’est la création d’un délit de blasphème envers l’islam. Ainsi toute critique de l’islam deviendra impossible. D’ailleurs Amellal n’a pas hésité à s’entourer des meilleurs pour mener à bien sa mission : c’est ainsi que le 20 juin, il auditionnait Lila Charef, la directrice du CCIF (Collectif Contre l’Islamophobie en France). Vraiment l’expression « coupeurs de langues » d’Alexandre Del Valle trouve toute sa signification aujourd’hui.

Et le chiffre du jour, c’est ZERO pour CENT

ZERO pour cent : c’est la non-augmentation prévue au budget 2018 pour les Aides Personnalisées au Logement. Après un coup de rabot de 5 € net en 2017, l’aide au logement, indexée sur l’indice des prix à la consommation, ne subira pas l’inflation de 1,8 % calculée par l’INSEE. Soit une dépréciation estimée à 4,3 € en moyenne par allocataire. Moins spectaculaire que la réduction de 2017, la mesure, plus difficile à interpréter, passera probablement inaperçue pour le commun des mortels !

NOUVELLES DU MONDE


Syrie : la campagne pour la libération de Daraa se précise.

Après des mois de négociations entre la Russie, la Jordanie, les Etats-Unis, Israël et le gouvernement syrien, aucune solution pacifique n’a été trouvée pour convaincre la population locale, aux mains des rebelles soutenus par Israël et les Etats-Unis, de se réconcilier avec le régime de Damas. Afin de reprendre cette région située au sud-ouest de la Syrie, une vaste offensive militaire de l’armée syrienne est en préparation, impliquant plusieurs dizaine de milliers d’hommes, une centaine de chars et des renforts d’artillerie. Le succès attendu est toutefois subordonné à la non intervention des puissances étrangères présentes sur le terrain, faute de quoi l’opération risquerait d’enflammer dangereusement la région.

Les pays de Visegrád ont boycotté le mini-sommet de Bruxelles sur la crise migratoire

Les pays de Visegrád, Hongrie, Pologne, Slovaquie et Tchéquie, ont boycotté le mini-sommet européen qui s’est tenu hier dimanche à Bruxelles. Le chancelier autrichien Kurz, qui doit prendre la présidence de l’Union européenne en juillet prochain pour six mois, s’est rendu à ce sommet pour faire entendre la position des pays d’Europe centrale : un meilleur contrôle des frontières et un renforcement de la lutte contre les réseaux de passeurs. Macron, en colère a fustigé JE CITE « des pays qui bénéficient massivement de la solidarité européenne et qui revendiquent massivement leur égoïsme national ». Au moment où le navire de l’ONG allemande Lifeline, chargé de 239 violeurs de frontière potentiels, s’est vu refuser l’accostage en Italie, il y a peu de chances qu’un consensus sur la crise migratoire soit trouvé entre les différents membres de l’Union Européenne.

La crise économique derrière la Grèce ?

Le ministre grec des Finances, Euclide Tsakalotos a annoncé que la Grèce avait tourné la page de la crise. Concrètement un accord a été trouvé entre les ministres des finances des différents pays européens. Beaucoup de personnalités politiques se félicitent d’une soi-disant fin de la crise mais il faut rester lucide. Ce qui a été signé c’est le versement d’une tranche d’aide de 15 milliards d’euros à la Grèce mais aussi un délai supplémentaire de dix ans pour commencer à rembourser leurs prêts. La crise est encore bien présente.

Les médias de propagande s’empressent de dire que la crise est terminée et souhaitent montrer que l’Union Européenne est capable de résoudre des crises, à l’heure ou de plus en plus de pays doutent de la capacité de l’Europe de Bruxelles à relever les défis.

Elections en Turquie : Erdogan surmonte une opposition bien décidée

Hier, 56 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes, pour les élections présidentielles et législatives turques. Le président sortant Tayyip Erdogan, au pouvoir depuis 2002, sort en tête de ces élections avec 52,5% des voix. Accusé de dérive autoritaire par ses adversaires, il ambitionne de renforcer le pouvoir présidentiel au détriment du Parlement. Concernant le volet législatif, son parti l’AKP arrive également en tête avec 53,8 % des voix, loin devant le parti social-démocrate de Muharrem Ince, qui recueille cependant 30,7 % des suffrages. Malgré la contestation des résultats par l’opposition, il semble que la victoire d’Erdogan soit acquise et qu’un second tour de scrutin ne soit pas nécessaire.

Les capitales européennes ont commenté avec prudence les résultats de ces élections. En effet, les européens dépendent beaucoup de la Turquie qu’ils paient six milliards d’euros par an, pour contenir les flux migratoires en provenance du Moyen Orient.

RT France nous indique que la délégation du Parti Communiste Français, envoyée en Turquie comme observateur de ces élections, a été arrêtée puis relâchée sans avoir pu accomplir sa mission.

Et la bonne nouvelle du jour est économique

Nous apprenons que l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole, l’OPEP et la Russie ont décidé d’augmenter la production pétrolière de 1 million de barils par jour, afin d’enrayer la hausse de cours et de compenser le recul des exportations du Venezuela et de l’Iran visé par la reprise des sanctions économiques américaines. De quoi donner un peu de souffle à l’économie mondiale et stabiliser les prix du marché.

Commentaires Facebook
Etiquettes :

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

↺ Français, mon beau souci

06:00 07:00