BULLETIN DE REINFORMATION DU 16 MAI 2018

Patron d'émission   -  le 16 mai 2018

Bulletin de réinformation proposé par Carl Hubert et Charles Sornac avec la participation de Fabrice Pelo et de Paul Faÿ

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h

 

 

GRANDS TITRES


La mise à l’écart des islamistes dangereux est juridiquement possible selon le CERU

Dès que l’on apprend que l’auteur d’un attentat terroriste était fiché, la question de savoir ce qu’il aurait été possible de faire pour prévenir l’acte se pose avec plus d’acuité. Selon la doxa dominante, le fait d’être fiché ne signifie pas que l’on a commis une infraction, ce qui justifie la relative inaction des pouvoirs publics.

Selon une étude du Centre d’études et de recherches universitaire, proche de l’UNI, il existe néanmoins des outils dans notre droit pour contrer plus efficacement la menace du terrorisme islamiste.

D’abord, tous les individus fichés « S » (pour sécurité de l’Etat) ne sont pas également dangereux. Seule une partie sont en outre fichés pour radicalisation à caractère terroriste dans un fichier baptisé FSPRT. Il s’agit en pratique d’islamistes jugés dangereux. Or nombre d’entre eux ont déjà été condamnés pour d’autres crimes ou délits. S’il s’agit d’étrangers en situation irrégulière sur le territoire, il est possible de les expulser. S’il s’agit d’étrangers en situation régulière, leur permis de séjour pourrait leur être retiré ou non renouvelé.

Que peut-on faire si les individus en question n’ont pas été condamnés ou s’ils sont de nationalité française ?

Dans la plupart des cas, une poursuite pour apologie d’acte terroriste peut être engagée. Le juge peut aussi, à travers un suivi socio-judiciaire, imposer à l’individu un lieu de résidence fixe, ou demander un placement sous surveillance électronique mobile. Une surveillance judiciaire peut également être mise en place pour des détenus condamnés ayant purgé leur peine.

Il s’agit donc plutôt d’une question de volonté politique.

Lorsqu’il était député de l’opposition, l’actuel Premier ministre avait proposé un placement en « centre de rétention spécialisé » des individus fichés. L’ancienne ministre Jeannette Bougrab demande quant à elle d’ouvrir le débat sur les mesures d’exception. Sans même créer de nouvelles mesures, une application plus stricte du droit existant pourrait contribuer à une prévention plus précise. En deçà de la limite juridique qui consiste à ne pas priver un individu de liberté sans contrôle du juge judiciaire, il est donc possible de mettre à l’écart les islamistes.

Israël critiqué pour la défense de sa frontière avec les territoires palestiniens

Lundi 14 mai, se déroulait, à Jérusalem, l’inauguration de la nouvelle ambassade américaine en Israël. Auparavant située à Tel-Aviv, ce déménagement décidé par Donald Trump a été largement décrié à travers le monde.

Cette décision a créé la colère des Palestiniens qui se sont regroupés pour manifester, à quelques dizaines de kilomètres de là.

Ils se sont retrouvés, dans la bande de Gaza, devant la barrière de sécurité séparant l’enclave et Israël. Les autorités israéliennes avaient fait savoir que « tous les moyens » seraient engagés pour protéger les soldats hébreux présents et la population civile.

Cette défense n’a pas effrayé les Palestiniens les plus déterminés qui sont allés jeter des pierres et ont tenté de forcer cette barrière – ce qui revient littéralement à envahir Israël. Et la riposte israélienne ne s’est pas faite attendre. Le bilan est lourd : on compte 59 morts et plus de 2400 blessés palestiniens. C’est la journée la plus meurtrière du conflit depuis 4 ans.

Cet épisode sanglant a été justifié par le gouvernement israélien, mais a été condamné par de nombreux chefs d’État.

Pour Benjamin Netanyahu, l’usage de la force était nécessaire pour défendre les frontières de son pays contre le Hamas, qu’il a qualifié de « terroriste », tout en contestant le caractère pacifique de ce rassemblement.

Au plan international, la France a condamné ces violences, tandis que la Turquie et l’Afrique du Sud ont rappelé leur ambassadeur.

Du côté de l’ONU, l’adoption d’une résolution du Conseil de sécurité s’indignant de « la mort de civils palestiniens exerçant leur droit à manifester pacifiquement » a été bloquée par les États-Unis.

De fait, la manifestation n’avait rien de pacifique. Et, hier mardi, la situation n’était pas apaisée.

Les manifestations ont continué à l’occasion des 70 ans de la Nakba, c’est-à-dire l’exode palestinien suite à la création de l’État d’Israël en 1948. Un autre Palestinien est décédé.

Les « Polonais » de l’Âge du fer avaient des origines européennes diverses mais étaient proches des Danois

Une étude génétique parue en février dans la revue scientifique Nature esquisse l’histoire des populations de la Baltique du Sud de l’âge des métaux. Le but est de combler le trou temporel dans la connaissance de l’histoire génétique de l’Europe, entre la fin du néolithique et les temps modernes.

Cette équipe de chercheurs a étudié une période antérieure aux grandes invasions, dont on pense qu’elles ont sensiblement modifié le substrat de la population européenne.

L’ADN d’une soixantaine de personnes issue de Kowalewko, dans l’actuelle Pologne occidentale, et vivant à l’Âge du fer – en l’occurrence au premier et au deuxième siècle de notre ère – a été analysé. Il en résulte que cette population était proche des groupes qui peuplaient le Jutland, au Danemark, à cette époque, quoi qu’avec une proportion plus grande de gènes de chasseurs-cueilleurs.

Plus encore, les scientifiques ont relevé que l’ADN mitochondrial des hommes et des femmes révélaient des origines différentes.

La plupart des ancêtres hommes se rattachent au groupe indo-européen Yamna, alors que la plupart des ancêtres femmes sont issues des peuplades néolithiques autochtones, qui étaient elles-mêmes un mélange entre chasseurs-cueilleurs européens et fermiers d’origine anatolienne. Mais ces différences ne signifieraient pas nécessairement que des guerriers indo-européens prenaient des autochtones comme femmes, même si ce phénomène a bien été étayé pour le 3ème millénaire avant notre ère.

Les chercheurs remarquent en effet que ce dimorphisme sexuel génétique persiste dans le temps, sur deux siècles.

Ils font donc l’hypothèse que les hommes aient pu être des soldats en garnison, peut-être issus du Jutland, qui auraient été régulièrement relevés. Quoi qu’il en soit, l’étude relève aussi que cette population centre européenne n’était pas du tout une peuplade reculée et isolée. Enfin, elle est génétiquement plus proche des Scandinaves d’aujourd’hui que des autres peuples européens actuels.

BRÈVES DE FRANCE


La phrase du jour est de Jean-Yves Le Gallou

Le réseau social Facebook a décidé de bloquer la page de « Génération Identitaire ». Mais les services de l’Etat ne sont pas étrangers à cette censure privée : le préfet Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (ou DILCRAH) a laissé entendre qu’il était à l’origine de ce zèle de la part de Facebook France, dont le directeur général, Laurent Solly, est un ancien préfet sarkozyste. Sur Polemia, Jean-Yves Le Gallou a dénoncé ce mécanisme : « l’Etat, via la Dilcrah, décide d’une censure contre une structure ou une personne et l’entreprise exécute. / Les victimes sont privées de toute garantie judiciaire. / Voilà le nouveau monde de Macron (…) : une Corée de l’Ouest. »

Le Front national de la jeunesse va être rebaptisé Génération Nation

A l’instar du Front national, qui deviendra le Rassemblement national si les adhérents donnent leur accord, sa branche jeunes va également changer de nom. Johan Bardella, le directeur général du FNJ, a annoncé que son mouvement serait rebaptisé Génération Nation. Un clin d’œil au mouvement Génération Le Pen qu’avait créé Marine Le Pen avant de prendre la présidence du FN. Une manière aussi de se différencier de Génération identitaire. Pour Johann Bardella, Génération Nation aura pour principal objectif de constituer une école de cadres du parti.

L’UNEF s’islamise à Paris IV

La semaine dernière, une représentante du syndicat étudiant UNEF, responsable de l’université Paris-IV, est apparue voilée à la télévision pour dénoncer la loi sur l’orientation et la réussite des étudiants. L’image a créé une polémique sur les réseaux sociaux. L’UNEF, mouvement politique qui se veut progressiste et féministe, est prêt, selon ses détracteurs, à faire le lit d’un entrisme islamiste. Comme le rappelle en effet l’ex-élue socialiste Céline Pina, la stratégie des officines islamistes en Europe, comme les Frères musulmans, vise à conquérir la jeunesse. En revanche, l’UNEF défend sa responsable et dénonce un « déferlement de haine » alliant « racisme, sexisme et islamophobie ». Une phraséologie typique de la nouvelle idéologie de la gauche, qui ne défend plus la laïcité mais les minorités dites racisées.

Le chiffre du jour, c’est 2 millions

C’est le nombre d’abeilles d’un même apiculteur breton qui ont été tuées à cause de l’utilisation d’un fongicide. Cet apiculteur s’appuie sur une étude scientifique. Il a ouvert une cagnotte et entend faire remonter sa colère aux plus hautes autorités afin de faire changer les pratiques agricoles.

NOUVELLES DU MONDE


Quim Torra a été élu président de la Catalogne

Lundi 14 mai, par 66 voix contre 65, Joaquim Torra i Pla, communément surnommé « Quim Torra », a été élu président de la Catalogne. Cet avocat, après avoir vécu 20 ans en Suisse pour raisons professionnelles, est devenu éditeur et s’est impliqué dans la vie culturelle catalane.

Lui-même écrivain, la presse espagnole fait ressurgir de nombreux écrits violents contre les locuteurs de la langue castillane. Il a notamment qualifié ces derniers de « bêtes à forme humaine ».

Lors de son discours d’investiture, Quim Torra a expliqué qu’il consulterait Carles Puigdemont, actuellement à Berlin, afin de diriger la Catalogne « indépendante » selon lui. Lui-même ne serait ainsi que le président par intérim dans l’attente du retour improbable de Puigdemont.

Eurovision : piteux échec de la propagande pro-immigration

Les médias de propagande les plaçaient largement parmi les favoris de la compétition de l’Eurovision, ce rassemblement annuel qui consacre une chanson et un artiste d’un pays particulier. Mais nos représentants français, du nom d’artistes « Madame Monsieur », ont essuyé un échec. Leur chanson « Mercy » racontait l’histoire lacrymale d’un enfant migrant clandestin né sur un bateau méditerranéen. Toute la propagande médiatique y avait mis son entrain. La désillusion est d’autant plus violente que la France ne termine qu’à la 13ème place. C’est Israël qui remporte la compétition, avec également son grain de bien-pensance, puisque la musique du nom de « Toy » évoque en substance le mouvement « Balance ton porc ». Depuis Conchita Wurst, dit « la femme à barbe », l’Eurovision prend désormais la tendance des poncifs moraux médiatiques…

Actualité strass et paillettes : le mariage princier de Meghan Markle suscite des réticences

« Si quelqu’un s’oppose à cette union, qu’il parle maintenant ou se taise à jamais. »

Mais c’est avant la cérémonie de mariage du prince Harry que le demi-frère de la future épouse princière – qui n’est, lui, pas métis – a décidé d’élever la voix.

Dans une lettre vindicative adressée au futur marié, Thomas Markle Jr décrit Meghan sous un jour peu reluisant, dans l’espoir d’éviter à Harry « la plus grosse erreur dans l’histoire des mariages royaux ». Décrite comme une fille indigne, qualifiée de sous-actrice, ou encore de « femme blasée, superficielle et vaniteuse », Meghan en prend pour son grade.

Cette franchise soudaine serait due à l’absence d’invitation envoyée à la famille Markle par la future épouse.

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR EST ARCHÉOLOGIQUE

Cela fait déjà quatre ans que des archéologues ont découvert un immense sanctuaire celtique dans les Alpes-Maritimes, au sommet de la Tournerie à 1816 mètres d’altitude. Franck Suméra, responsable des fouilles, a récemment rendu compte des avancées réalisées depuis cette découverte. C’est sans doute au cours du premier millénaire avant Jésus-Christ que les bâtisseurs auraient extrait 5 000 mètres cubes de pierre pour y bâtir ce sanctuaire de pierres sèches. Le site était monumental, avec une enceinte allant jusqu’à 4 mètres de large, enfermant une place de 500 m², et entourée d’un fossé de 4 mètres de profondeur. Des dépôts monétaires ont été offerts aux dieux. Des sacrifices animaux mais aussi humains auraient pu avoir lieu. Des têtes humaines, sans doute d’ennemis vaincus au combat, auraient en outre été fichées sur des lances. Le peuple à l’origine de ce site pourrait être la tribu celte (ou celto-ligure) des Ecdinii.

Merci de nous avoir écoutés. Nous vous donnons rendez-vous demain à 7h15 pour un nouveau bulletin de réinformation sur Radio Courtoisie. Que le Soleil brille dans vos cœurs !

Commentaires Facebook
Etiquettes :

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

► Au fil des pages

10:45 11:45