BULLETIN DE REINFORMATION DU 27 AVRIL 2018

Patron d'émission   -  le 27 avril 2018

Bulletin de réinformation proposé par Carlos, Pierre Godicheau et Philippe Idès avec les contributions de Paul Fay
et François Persurier

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

ÉPHÉMÉRIDE


Il y a cinquante ans qu’Enoch Powell prononça le discours politique le plus notoirement sulfureux de l’après-guerre. Ce député conservateur britannique s’adressa au congrès du Parti Conservateur à Birmingham dans un discours aux accents prophétiques condamnant le projet de loi Travailliste régissant les relations raciales en Grande Bretagne. Il y dénonçait les conséquences funestes de la politique multiculturaliste proposée, car il pressentait, telle la Sybille dans l’Enéide, de voir un jour “le Tibre écumer de flots de sang”. Mais, comme pour Cassandre jadis, aucun responsable politique ne crut ses prédictions. Les quelques outrances qu’elles comportaient suffirent à discréditer l’homme et à ruiner définitivement sa carrière.

Pourtant, nombre de ses prophéties se sont, hélas, réalisées : attentats à répétition, scandales sexuels de Rotherham et Telford étouffés pendant 40 ans, mise en minorité de la population d’origine européenne dans la ville de Londres désormais administrée par un musulman d’origine pakistanaise…

Vendredi dernier la BBC avait pris l’initiative risquée de diffuser pour la première fois depuis cinquante ans l’intégralité du discours de Birmingham. Si l’on en juge par le tohu-bohu déclenché, il est clair que ce discours reste aujourd’hui frappé d’anathème. L’un de nos moralistes ne disait-t-il pas jadis : « L’homme est de glace aux Vérités ; il est de feu pour le Mensonge ».

GRANDS TITRES


La vie du petit Alfie Evans entre les mains d’un juge britannique

La justice anglaise refuse à Alfie Evans le droit de vivre malgré la volonté de ses parents

C’est l’histoire d’un nouveau-né britannique de 23 mois, atteint d’une maladie rare que les médecins peinent à diagnostiquer. Tandis que le Vatican et le gouvernement italien ont proposé à ses parents de leur donner la nationalité italienne pour qu’il soit, à défaut d’être guéri, mis en soins palliatifs à brève échéance à Rome, la justice britannique a refusé le transfert estimant qu’il n’y avait pas de solution autre que l’arrêt des soins. Pourtant, un avion sanitaire était prêt à partir d’Italie pour y amener l’enfant.

La justice estime que le cerveau de l’enfant ayant subi des dommages irréversibles, il est dans son intérêt de le laisser mourir après administration de soins palliatifs. Un élément peut cependant nous éclairer : le juge en charge, Anthony Paul, a déjà rendu une décision en novembre dernier ordonnant l’arrêt de alimentation et de l’hydratation d’une femme de 72 ans, pourtant toujours consciente.

L’histoire de ce petit Alfie émeut énormément d’internautes et d’associations pro-vie, et diverses pétitions fleurissent sur la toile, en réponse à la violence de la justice britannique refusant à cet enfant non seulement la continuation des soins mais surtout son transfert en Italie.

La défense ayant utilisé tous les recours, ses parents sont désormais impuissants face à la condamnation à mort. Le juge a en effet ordonné l’arrêt de l’assistance respiratoire, les médecins ayant annoncé préalablement qu’il ne survivrait qu’une quinzaine de minutes alors qu’il a survécu en réalité plus de neuf heures. Le corps médical a donc finalement autorisé son père Tom Evans, à l’hydrater et à procéder à une oxygénation artificielle, mais jusqu’à quand ? Jean-Frédéric Poisson nous éclaire à ce sujet – je cite – « La détermination des parents et les actions à leur portée (ils aident Alfie à respirer grâce au bouche à bouche ») sont une leçon pour toutes les civilisations du monde en faveur de la défense imprescriptible du droit de vivre ».

Le vrai motif du pacifisme Nord-Coréen est géologique !

On se souvient de l’annonce, faite sur écran géant par la présentatrice phare de la télévision nord-coréenne déclarant le 21 avril dernier: “Nous suspendons nos essais nucléaires et nos essais de missiles balistiques intercontinentaux”. Suivi du président sud-coréen Moon, Donald Trump s’en était félicité : « C’est une très bonne nouvelle pour la Corée du Nord et pour le monde. Un grand progrès ! » .

Mais si cette annonce fit, en quelque sorte, l’effet d’une « bombe », signifiait-t-elle pour autant que la Corée du Nord renonçait à développer son armement nucléaire ? Le régime ne promettant ni la destruction de l’arsenal existant, ni l’arrêt des tirs à courte et moyenne portée, il était permis de douter des intentions pacifiques de Pyongyang scepticisme qu’exprima le premier ministre japonais Shinzo Abe.

Des informations récentes émanant de géologues chinois confortent cette réserve en révélant l’existence d’un motif tout à fait, si l’on peut dire, “terre-à-terre”.

En effet, cinq des six derniers essais nucléaires ont été pratiqués dans les entrailles du mont Mantap, sur le site de Punggye-ri, dans le nord-ouest de la Corée du Nord. Or, selon l’étude de données collectées auprès de 2 000 stations sismiques, cette montagne s’est effondrée. Son effondrement s’est produit après l’explosion de la plus puissante ogive thermonucléaire testée par Pyongyang, le 3 septembre 2017, dans un tunnel creusé à 700 mètres environ du sommet de la montagne, selon un géologue de l’Université des Sciences et des Technologies de Hefei. Une deuxième équipe de l’Agence sismique de la province du Jilin, frontalière de la Corée du Nord, est parvenue à des conclusions similaires.

Le site endommagé et impossible à réparer est devenu inutilisable et pourrait être la source de fuites radioactives de nature à inquiéter, entre autre, tous ses voisins.

BRÈVES DE FRANCE


Pour soutenir ses thèses, la CGT passe aux travaux pratiques !

Le syndicat CGT Énergies 33 a fait pratiquer lundi dernier à 11:30 à une coupure d’électricité affectant l’ensemble de la gare Saint-Jean de Bordeaux et quelques bâtiments alentours. La circulation ferroviaire, quoique perturbée du fait des grèves SNCF, ne fut pas affectée plus avant par la coupure. En revanche, tous les panneaux de signalisation de la gare étaient noirs et quelques commandes d’aiguillage ont pu également dysfonctionner.

Or, cette action volontaire s’est effectuée sans qu’aucun arrêt de travail n’ait été enregistré. Dès lors, selon le syndicat, il incombait à la direction de coordonner la procédure de rétablissement de la tension. Mais, alors que l’opération ne devait prendre que 1 heure 30, elle nécessita en fait 4 heures 30. Et le syndicaliste Christophe Garcia d’en conclure derechef : « C’est la preuve d’une réelle dégradation des services publics ». CQFD !. Ainsi ce que d’aucuns pouvaient considérer comme un sabotage, n’était en fait qu’une expérience destinée à démontrer la véracité d’une thèse soutenue par la CGT !

Jean-Michel Blanquer annonce le retour du bon sens, la méthode syllabique

Il l’a annoncé aujourd’hui dans le journal Le Parisien, le Ministre de l’Éducation nationale réintroduit la méthode syllabique pour les classes de primaire, et annonce de fait l’abandon de la méthode globale pour l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Quatre circulaires ont été annoncées aujourd’hui avec des recommandations spécifiques. Il était en effet temps de mettre fin à ce débat entre les enseignants dits traditionnels et les « pédagogistes ». Le ministre s’inquiétait de l’augmentation des besoins en orthophonie, assortie d’une hausse du nombre de « dyslexiques », sans parler de la chute dramatique de notre niveau d’éducation évalué par les derniers classements PISA. Selon le ministre, – je cite – : « Entre quelque chose qui ne marche pas – la méthode globale – et quelque chose qui fonctionne – la syllabique – il ne peut y avoir de compromis mixte », fin de citation.

Le politologue Bassam Tahhan dénonce l’implication directe du gouvernement de François Hollande dans les tractations entre Lafarge et l’Etat Islamique

Interrogé chez nos confrères de RT France, ce dernier accuse directement le gouvernement français, sous présidence Hollande, d’avoir utilisé la multinationale comme une marionnette pour ses tractations avec Daesh. Outre les différents échanges économiques douteux qui ont eu lieu entre les deux parties, le politologue soutient, preuves à l’appui, que ce gouvernement s’est servi de Lafarge afin de faire chuter Bachar el-Assad, en utilisant deux stratégies : l’une consistant à vendre du combustible chimique de l’usine ainsi que du matériel spécifique pour creuser des tunnels à la nébuleuse islamiste, l’autre à payer un intermédiaire, M. Firas Tlas, pour faire renverser le gouvernement syrien. On peut s’interroger sur le silence de la presse française sur la présence de matière chimique de l’usine, vendu au groupe terroriste et à l’Armée syrienne libre…

Le chiffre du jour est 76 %

C’est la proportion de la population française qui, selon un sondage IFOP publié par Valeurs Actuelles, souhaiterait être consultée par référendum pour donner son avis sur la politique migratoire. Par ailleurs 66 % de celle-ci se déclare favorable à la suppression des accords de Schengen et 57 % à celle du regroupement familial. Mais que font donc nos gouvernants à légiférer toujours à rebours de leur opinion publique ?

L’antisémitisme musulman selon BHL

Dans son dernier livre « L’Empire et les cinq rois » BHL s’essaye à discerner les origines de l’antisémitisme musulman. Il semble évoluer en lui reconnaissant une origine religieuse, le Coran condamnant expressément les Juifs, comme les Chrétiens, à la dhimmitude, quand il n’appelle pas à les tuer purement et simplement. Bien que nous sachions la chose impossible, il n’hésite pas à demander aux théologiens musulmans d’expurger le Coran de tous ses appels au meurtre.

Sans surprise, BHL ne se contente pas des origines religieuses pour expliquer l’antisémitisme musulman il en propose également une origine politique, car de nombreux dirigeants arabes eurent des relations amicales avec le régime national-socialiste avant et pendant la seconde guerre mondiale. C’est ainsi que notamment, Reza Shah requit en 1935 la dénomination Iran pour désigner son pays au lieu de Perse, Eranshahr signifiant en ancien perse « Terre des Aryens ».

Donc selon BHL, l’antisémitisme musulman ne serait pas uniquement le fait de l’observance du Coran, mais trouverait son origine dans les sympathies de différents pays musulmans envers le régime national-socialiste allemand pendant la 2ème guerre mondiale.

NOUVELLES DU MONDE


Daesh est loin d’avoir perdu ses moyens financiers

Selon les services de renseignement français, la fortune actuelle du groupe terroriste Daesh s’élèverait aux alentours de trois milliards d’euros. Cette fortune proviendrait de trois canaux : la confiscation de biens dans les territoires occupés, les amendes infligées par leurs tribunaux, et les différents réinvestissements réalisés, le tout en l’espace de trois ans. Depuis mercredi, 70 pays sont présent à Paris, au sein de l’OCDE, pour une réunion dénommée « No money for terror » (Pas d’argent pour les terroristes) afin de trouver des solutions pour réduire leurs ressources, dont les investissements sont juridiquement considérés comme légaux, notamment sur des territoires du Proche-Orient et en Turquie. L’une des questions sensibles concerne l’implication du Qatar et de l’Arabie Saoudite dans ces différents financements.

► Notre annonce du jour :

Et ce soir, comme tous les derniers vendredis de chaque mois, les personnes intéressées par les pèlerinages à pied à Saint-Michel, Saint-Martin, Compostelle, Rome et Jérusalem, peuvent se rendre au “pot des pèlerins de Paris” et rencontrer des pèlerins vétérans, autour d’un verre.

Ce soir, vendredi 27 avril 2018, à partir de 19 heures, au bar “Le Petit Cluny”, 19 boulevard Saint-Michel, à Paris, dans le quartier latin (métros : Cluny – La Sorbonne ou Saint-Michel)

Commentaires Facebook

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

► Libre Journal de la Musique et de la Culture

12:00 13:30