BULLETIN DE REINFORMATION DU 12 SEPTEMBRE 2017

Écrit par : - le 12 septembre 2017

Bulletin de réinformation présenté par Philippe Brisebois et Christian Bieber.

Il sera rediffusé à l’antenne à 11h45 et 21h00.

 

 

Version texte

 

(Extraits)

Grands sujets

Journée de mobilisation prévue aujourd’hui à Paris

En effet, la CGT, la FSU, Solidaires et l’UNEF ont appelé à manifester contre la réforme du travail aujourd’hui à Paris. Cette manifestation a lieu presque un an jour pour jour après la dernière manifestation contre la loi El Khomri, du nom du ministre du Travail du dernier gouvernement de François Hollande. Plusieurs préavis de grève ont été déposés, dans les transports, l’énergie et la santé ; et les étudiants, les lycéens et les fonctionnaires ont été appelés à participer.

Tout laisse donc supposer une mobilisation de grande ampleur

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a déclaré, je cite : « Plus de 180 lieux de manifestation ont été recensés, et on va dépasser les 4 000 appels à la grève sur tout le territoire ». Si la CFDT, la CFE CGC et FO n’ont pas appelé à manifester, tout laisse penser que certains de leurs militants se mobiliseront, notamment chez FO où la position du secrétaire général ne passe pas auprès de la base. Par ailleurs, d’après un sondage Ifop Fiducial, cet appel à la mobilisation serait approuvé par 57 % des Français.

Quels sont les motifs de cette mobilisation ?

Cette mobilisation était prévisible et attendue puisque dès le lendemain de l’élection d’Emmanuel Macron, des voix à gauche et à l’extrême gauche s’étaient fait entendre. Il s’agit pour les participants de s’opposer au projet de réforme du Code du Travail porté par Emmanuel Macron et son gouvernement et appliqué en partie aujourd’hui par ordonnances. Lui sont reprochées, entre autres, les mesures de plafonnement des indemnités prud’homales les ruptures conventionnelles collectives, la fusion des instances représentatives, la primauté des accords d’entreprise.

Qu’en pense Emmanuel Macron ?

Il a déclaré en fin de semaine dernière qu’il n’avait pas l’intention de fléchir sur sa réforme et qu’il serait, je cite : « D’une détermination absolue et ne céderait rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes ». La rentrée s’annonce donc mouvementée entre grèves et manifestations risquant de virer à l’émeute. La CGT a d’ores et déjà annoncé une nouvelle mobilisation le 21 septembre prochain.

Le feuilleton Dieudonné recommence

Alors que l’humoriste Dieudonné avait repris avec des nouveaux spectacles ses tournées partout en France, un maire s’oppose à sa venue.

Après Manuel Valls voici Eric Piolle maire de Grenoble qui veut interdire sa ville à l’humoriste.

Mais que peut il faire pour interdire un spectacle comique ?

En invoquant le risque à l’ordre public, le maire d’une commune peut prendre un arrêté interdisant une manifestation ou un rassemblement. Et c’est ce qu’Eric Piolle a fait. En réalité les raisons sont autres, je cite : « L’incompatibilité entre les valeurs promues par l’artiste et les valeurs fondamentales de Grenoble, ville ouverte sur le monde, et compagnon de la Libération ». Fin de citation. Toujours selon le maire, par cet arrêté il répond à un grand nombre d’inquiétudes de personnalités structures ou associations. De plus, ce n’est pas la première fois que Grenoble essaye d’interdire Dieudonné. Déjà, en 2009 et 2011 la mairie avait tenté de l’interdire.

Que peut faire Dieudonné pour empêcher cette volonté de censure et ce bâillon autour de la liberté d’expression ?

Ses avocats commencent à avoir l’habitude. Ils avaient déjà réussi à casser les deux arrêtés que Grenoble leur avait notifiés. En effet, le principe même de liberté d’expression est assez vague. De plus, il faudra que le maire de Grenoble prouve les risques liés au spectacle : contre manifestations, rassemblement anti Dieudonné devant la salle notamment. Mais cela ne marche pas à tous les coups. Rappelez vous à Nice, cet été il avait été interdit de se produire un an après les attentats.

Affaire à suivre en attendant le résultat du recours et voir si d’autres villes vont tenter d’imiter Grenoble.

Le combat pour la liberté d’expression et surtout l’expression à contre courant est quotidien en France  !

Brèves françaises

Emballement médiatique autour d’un cambriolage

L’annonce samedi du cambriolage et de la séquestration d’une famille juive en Seine Saint Denis défraie la chronique. Selon la version officielle, l’agression serait clairement à caractère antisémite. En témoignent les déclarations passionnées d’une des victimes, Roger Pinto. En effet, les agresseurs auraient déclaré, je cite : « Vous êtes juifs, donc, vous avez de l’argent ». Une allégation pour le moins caricaturale recueillie lors du témoignage – flou selon une source policière – de la famille concernée. L’événement est toujours relayé 3 jours après par tous les médias dominants et ne souffre l’emploi du conditionnel dans aucune description.

Un emballement médiatique donc, pour un événement isolé alors que des scénarios semblables se déroulent en France sans bénéficier d’une telle couverture médiatique.

Augmentation du budget de la Défense à relativiser

Florence Parly a annoncé lundi soir que le budget de la Défense française, après une hausse de 1,8 milliard en 2018, progresserait annuellement de 1,6 milliard d’euros jusqu’à la fin du quinquennat. Le budget de la Défense a été amputé de 850 millions d’euros cette année dans le cadre des économies pour contenir le déficit public. Mais ce bonus représentera au mieux un gain de quelques centaines de millions d’euros. Car, entre temps, les armées devront assumer près d’un milliard d’euros d’augmentation de coût des opérations extérieures.

Les prisons françaises dans une piteuse situation

La prison des Baumettes à Marseille, inaugurée il y a 4 mois, a dû être en partie fermée à cause des intempéries qui ont causé des inondations. A Montauban, c’est un couple installé en contrebas de cellules qui s’est plaint des incessants envois de colis qui transitent par son jardin. On retrouve dans ces baluchons hissés par des fils de pêche depuis les cellules des téléphones, couteaux ou cigarettes … Dans la prison de Fleury Merogis, c’est l’autorité qui est défaillante. Un détenu terroriste y menace d’égorger les surveillants et de boire leur sang, incitant les autres détenus à l’émeute. Quelques jours après un surveillant était violemment frappé au visage. Bref, le site Internet actu pénitentiaire regorge de faits divers qui indiquent que nos prisons sont dans une piteuse situation.

Bain de foule pour Emmanuel Macron ? On rajoute les fainéants

Hier, le lundi 11 septembre lors d’une visite à Toulouse, le président Emmanuel Macron se serait offert un « bain de foule » selon la version officielle. Mais des clichés évocateurs diffusés sur la toile révèlent une présence de soutiens bien moindre que ce que laisse supposer l’angle des caméras dans les reportages. Le procédé avait déjà été employé par Jean Luc Mélenchon en 2013.

A l’inverse, les grandes oubliées du jour étaient les nombreuses manifestations d’opposition en marge de la venue du président, maintenues à l’écart par les forces de l’ordre. Un déplacement au succès mitigé qui s’inscrit dans la baisse régulière de popularité de celui qui fût installé au pouvoir par les mêmes médias qui continuent de le protéger.

Brèves internationales

Nicolas Bay prend la tête de l’ENL

Le secrétaire général du Front National, Nicolas Bay a reçu hier 12 des 20 voix du scrutin rassemblant les députés européens du FN. Il a ainsi été nommé à la co présidence du groupe ENL « Europe des nations et des libertés » au parlement européen et coprésidera le groupe avec le Néerlandais Marcel de Graaff. Il succède à Marine Le Pen qui n’est désormais plus eurodéputé après avoir été élue à l’Assemblée nationale.

Partisan d’une ligne plus conservatrice, Nicolas Bay se pose comme le principal opposant de Florian Philippot au sein du Front National.

En Israël, un exercice militaire d’envergure simule un conflit avec le Hezbollah libanais

Selon le Times of Israël, l’armée israélienne démarre un grand exercice militaire pour simuler un conflit armé avec le Hezbollah libanais. La manœuvre à la fois terrestre, navale et aérienne dure dix jours. Des dizaines de milliers de soldats y participent dont de nombreux réservistes. L’armée israélienne va notamment expérimenter de nouvelles technologies comme des camions et hélicoptères sans pilote pour des évacuations. Le dernier exercice de cette ampleur remonte à 1998. L’Etat hébreu avait alors simulé une guerre avec la Syrie.

Nouvelles sanctions contre la Corée du Nord

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté lundi à l’unanimité et à l’initiative des Etats Unis de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord.

Cette huitième série de mesures interdit ses exportations de textile et réduit ses approvisionnements en pétrole et en gaz.

Par ses sanctions chaque fois plus sévères, l’ONU veut pousser Pyongyang à négocier ses programmes d’armement nucléaire qui sont jugés menaçants pour la stabilité mondiale. Ils punissent particulièrement l’essai nucléaire du 3 septembre.

Pour s’assurer du soutien de la Russie et de la Chine lors du vote, Washington a dû cependant revoir à la baisse ses prétentions et s’engager à rechercher une solution “pacifique” à la crise.

En Allemagne, la violence des immigrants s’affiche encore une fois

Dans le centre de Berlin, au cours du week end dans le cadre de deux bagarres de masse, 16 clandestins ont été arrêtés. Le journaliste allemand ajoute que la baston impliquait probablement des bandes d’Afghans et de Syriens, armés de couteaux et de gaz lacrymogènes. La rixe aurait fait au moins six blessés dont un homme poignardé dans le dos.

Toujours en Allemagne, en marge d’une fête foraine à Hirschaid, la soirée s’est terminée par une rixe opposants « migrants » et visiteurs de la fête foraine. A cette occasion, plusieurs clandestins syriens et irakiens ont agressé sexuellement trois mineures dont la plus jeune avait 13 ans. Trois agresseurs ont pu être arrêtés, mais plusieurs se sont échappés et sont encore recherchés.

1,2 million d’euros d’amende pour Facebook

C’est une décision de l’agence espagnole de protection des données qui sanctionne les points suivants : Facebook collecte les informations sur la navigation de ses usagers sur Internet ainsi que des données relatives aux opinions politiques, au sexe, aux croyances religieuses. Les données sont revendues à des fins publicitaires dans la quasi ignorance des utilisateurs. Le site conserve les données pendant plus de 17 mois, même si l’utilisateur a fermé son compte et demande la suppression des dites données. Facebook exploite aussi celui qui sans faire partie du réseau ouvre une page facebook : un cookie est installé et enregistre toute sa navigation web à venir.

Des Sud Africains protestent contre un réseau de cannibalisme traditionnel

C’est Le Monde qui traite du sujet. Le guérisseur zoulou mangeait de la chair humaine et en aurait « prescrit » à des centaines de personnes. Il est poursuivi pour meurtre avec quatre autres personnes. C’est l’un de ses patients qui s’est présenté à la police, déclarant qu’il en avait marre de manger de la chair humaine. En guise de preuves, il aurait alors brandi la main et la jambe mutilée d’une femme. Soupçonnés de meurtres et de profanation de tombes, plusieurs hommes ont été arrêtés. Le Monde qui révèle cette histoire précise, « A, en croire la police, la consommation de chair humaine par les habitants n’est pas chose rare ».

La bonne nouvelle du jour est que le nouveau magazine L’Incorrect

…qui se veut être un lieu de rencontre et de dialogue effervescent entre toutes les droites, cartonne dans les kiosques. En effet, une semaine à peine après sa mise en vente il a dû être réimprimé afin de réapprovisionner les distributeurs. Nous lui souhaitons bon vent !

La phrase du jour nous vient de Gilbert Collard

Le député du Front National a déclaré hier sur Sud Radio, je cite : « J’ai fait une véritable révolution copernicienne : j’ai toujours été un partisan de la dédiabolisation, et bien c’est un piège à cons. Parce que de toute manière ils ne cesseront de nous diaboliser pour une bonne raison, c’est qu’ils ont besoin absolument de nous mettre sur le côté pour continuer à combiner entre eux. On est le repoussoir qui permet de faire aller les uns et les autres dans leurs propres bras. Donc, la diabolisation, même si on voulait nous canoniser, elle continuerait d’exister, parce que c’est un instrument politique majeur de la domination du pouvoir par le système, la classe, en place ». Fin de citation. L’élu a ainsi signifié sa volonté de voir le Front National se tourner vers une union des droites autour des thèmes identitaires plutôt que de s’entêter à vouloir donner des gages aux médias de l’oligarchie et à une gauche qui ne les acceptera jamais. Nous verrons si après l’échec relatif des présidentielles et des législatives, le Front National dans son ensemble parviendra à mener sa « révolution copernicienne ».

Le chiffre du jour est de 7 %

Selon une enquête menée par l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme, 7 % des adultes de 18 à 65 ans ayant été scolarisés en France souffrent d’illettrisme, soit 2,5 millions de personnes.

L’enquête révèle que le problème touche une organisation sur deux en France, particulièrement dans les secteurs du nettoyage (avec 67 % des organisations concernées) et dans le secteur de l’aide à la personne avec 60 %.

Pour 27 % des entreprises interrogées, la compréhension de consignes écrites pose « souvent » un problème et « de temps en temps » dans 25 % d’entre elles.

Un phénomène largement sous estimé donc car selon une enquête CS, seulement 1/4 des employeurs interrogés ont conscience du problème.

Etiquettes :

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

♫ Musique classique

15:00 16:00