Libre Journal des lycéens du 14 décembre 2013 : “L’empire du bien : Nouvel ordre moral et idéologie du genre”

Patron d'émission : - le 14 décembre 2013

Pascal Lassalle recevait Alain de Benoist, écrivain, journaliste, philosophe, pour une émission consacrée au livre Les démons du bien. Du nouvel ordre moral à l”idéologie du genre paru aux éditions Pierre-Guillaume de Roux.

Alain de Benoist, Les démons du bien. Du nouvel ordre moral à l''idéologie du genreAlain de Benoist, Les démons du bien. Du nouvel ordre moral à l”idéologie du genre. Éditions Pierre-Guillaume de Roux (novembre 2013). Site de l”éditeur : www.pgderoux.fr Dans cet essai au vitriol, Alain de Benoist dénonce les effets dévastateurs du Nouvel ordre moral qui se manifeste par la dislocation du « corps » social tout entier dont le symptôme le plus frappant touche l’ordre de la parenté. Le triomphe de l’approche compassionnelle imposée par l’idéologie sacro-sainte des droits de l’homme aboutit à nier tout bonnement la nécessité du jugement personnel. Puisque tout critère de « discrimination», soit de discernement, est désormais suspect de générer une « exclusion ». La victimisation généralisée qui en résulte, synonyme de lutte d’intérêts continuelle, tend à infantiliser les esprit en leur interdisant tout travail de dépassement de soi et de hiérarchisation des normes. La dictature de l’économie médiatique et du zapping ne fait qu’exacerber ce recours permanent mais dérisoire à l’émotion. L’appauvrissement extrême du langage, livré à une conceptualisation médiatique outrancière, fait le lit du « politiquement correct », encouragé par le recul de l’éducation et de l’autorité des parents. Ce dispositif totalitaire s’accompagne d’une hygiénisation systématique des mentalités. Le corps devient l’objet ultime de l’attention « citoyenne » au même titre que l’on se souciait jadis de sauver son âme. Cette pression sécuritaire est synonyme d’une mise aux normes grandissante, qui se traduit par une immixtion de même envergure dans la sphère de l’intime et du privé. Peu à peu, le corps devient lui-même un aspect purement biologique, à séparer de toute référence culturelle, pour devenir l’instrument d’un égalitarisme sociale sans bornes. Le rapport des sexes en est totalement bouleversé. C’est l’avènement de la fameuse théorie du genre qui découle lui-même de la radicalisation du féminisme. Mais peut-on réellement échapper à la sexualisation féminin-masculin ? Existe-t-il un 3e sexe ?

Commentaires Facebook

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

↺ L.J. de la plus grande France

07:30 10:30