Libre Journal de la résistance française du 26 juin 2013 : “Les rencontres du marquis ; Comment les banques se sont emparé du pouvoir de créer la monnaie”

Patron d'émission   -  le 26 juin 2013

Emmanuel Ratier recevait Jean-Paul Chayrigues de Olmetta, journaliste, écrivain, président d”honneur du Syndicat hippique national, et Pierre-Yves Rougeyron, président du cercle Aristote, directeur de Perspectives libres, pour une émission consacrée aux rencontres du marquis et à la prise du pouvoir de créer la monnaie par les banques.

Première partie

Seconde partie

Pierre-Yves Rougeyron, Enquête sur la loi du 3 janvier 1973Pierre-Yves Rougeyron, Enquête sur la loi du 3 janvier 1973, éd. Le jardin des livres (avril 2013). Site de l”éditeur : www.lejardindeslivres.fr En 1973, chaque Français ( homme, femme, enfant ) était endetté à hauteur de 808 euros par personne. En 2012 cette dette était déjà d”environ 26.108 euros par personne, soit 32 fois plus. Que s”est-il passé ? Avons-nous été comme le disent certains un pays-cigale qui jette son argent par les fenêtres ? Enquête sur la Loi du 3 janvier est un livre choc. Il montre, point par point, comment la France a été mise en esclavage par la dette avec juste un simple texte anodin. Il montre comment l”élite des hautes fonctionnaires a renoncé, pas à pas, à la Nation française, à son âme et à son indépendance. C”est l”histoire des manipulations successives, organisées et pilotées pour ne profiter qu”à une seule entité : les banques privées. Grâce à cette loi, la France a été conquise sans bruit, sans une balle tirée et sans aucune résistance : chaque semaine, ce sont 4 nouveaux milliards, empruntés par l’État pour payer retraites, salaires et aussi… intérêts de la dette, qui s”ajoutent aux 1700 milliards déjà dus, alors qu”au même moment 800 emplois industriels sont détruits chaque jour. Ce livre est le récit de la pire trahison de l”Histoire de France. Jean-paul Chayrigues de Olmetta, Mes princes, mes monstresJean-paul Chayrigues de Olmetta, Mes princes, mes monstres, éd. Via Romana (juin 2013). Site de l”éditeur : www.via-romana.fr Après avoir croqué les dames dans son précédent opus, Jean-Paul Chayrigues de Olmetta évoque maintenant les messieurs qu’il a croisés un instant ou fréquentés durablement. Au beau jeu de sa vie, on reconnaît le cardinal Tisserant, les papes Jean XXIII et Benoît XVI, le général Franco, le futur Juan-Carlos Ier, Jean Cocteau, Billy Wilder, Patrick Balkany, Patrice Laffont, Henri Tisot, Raymond Souplex, Pierre Dac, Saint-Granier, Michou, Jean-François Devay, Serge de Beketch, M. et Mme Le Pen, Maurice Escande, Robert Manuel, Jacques Chirac, Bernard Dimey, Philippe Bouvard, Jean Ferré, Fred Zeller, Jérôme Médrano, Jean-Claude Brialy, etc. L’auteur nous entraîne dans son panthéon par des évocations souvent corrosives, parfois nimbées de tendresse, toujours teintées d’humour gavroche. Confession d’un enfant du XXe siècle, cette balade nostalgique dans les couloirs du Vatican, les arcanes de la Franc-Maçonnerie, les sentiers de la politique, le monde du théâtre, les forêts de vénerie, les arènes taurines ou sur la route des restaurants, lève le voile sur les coulisses et les acteurs de la comédie humaine, sans jamais attenter au bon goût et à l’honneur, éclairant ainsi une part méconnue de notre Histoire. Né à Paris le 30 octobre 1943, Jean-Paul Chayrigues de Olmetta est montmartrois et fier de l’être. Durant 35 ans, il fut attaché à la Société du Cheval Français et Contrôleur de la Société des Auteurs dramatiques. Il est chevalier de l’ordre national du Mérite et commandeur du Mérite agricole.

Commentaires Facebook

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

► L.J. du nouveau monde

12:00 13:30