Libre Journal des collectionneurs du 6 juin 2013 : “Les boutons de livrée ; Les livrées de famille ; Le tennis et les jeux de table”

Patron d'émission   -  le 6 juin 2013

Nicolas Tikhobrazoff, assisté de Catherine, recevait Dominique Perrin, écrivain, collectionneur de boutons de livrée, Gilles Kressmann, écrivain, membre du Comité français du Jeu de Paume, et Henri-François Le Tonnelier, marquis de Breteuil, propriétaire et gestionnaire du château de Breteuil, pour une émission consacrée aux boutons de livrée, aux livrées de famille et au tennis et aux jeux de table.

Dominique Perrin, Thierry de Bodard, Boutons de livrée de fabrication françaiseDominique Perrin, Thierry de Bodard, Boutons de livrée de fabrication française, Patrice Dupuy éditeur (octobre 2008). Site de l”éditeur : www.patricedupuy-editeur.com Réglementée sous l’Ancien Régime, condamnée par la Révolution, réhabilitée sous l’Empire, opulente avec la Restauration et le Second Empire, la livrée ne s’est parée de boutons aux armes des familles qu’à la fin du XVIIIème siècle, voire au début du XIXème siècle. Alors ce bouton de livrée armorié connaîtra son âge d’or. A la fin du XIXème siècle, l’essor économique s’affirme. La bourgeoisie et le monde industriel tiennent un rôle de premier plan. Partout des châteaux se construisent. Les propriétaires fonciers font vivre bon nombre de personnes, employant gardes-chasses, bûcherons et charbonniers dans les bois, tâcherons, vachers et bergers dans les prés, jardiniers, piqueux et palefreniers dans les communs, cuisinières, femmes de chambre, maîtres d’hôtel… Le nom parlait et était mis en avant. Des grilles à l’entrée du parc aux harnais des chevaux, des assiettes aux couverts, tout devient prétexte à la valorisation de ce nom, jusqu’aux boutons de livrée du personnel. Plusieurs dizaines de milliers de boutons ont alors été commandés d’autant plus qu’un mariage, un deuil ou un changement de titre était l’occasion d’en faire frapper un nouveau. Dans ce contexte porteur, les fabricants français se sont très vite démarqués, notamment à l’occasion des concours des expositions universelles en imposant leur savoir-faire comme la référence internationale. Thierry de Bodard et Dominique Perrin ont pendant plus de 30 ans chiné ces boutons, petits objets héraldiques, véritables fragments d’histoire, témoins des épisodes de la vie, tout en faisant parallèlement de nombreuses recherches pour en trouver l’histoire. Ils nous présentent aujourd’hui la première série d’un long travail, sans précédent en France sur le sujet. Ce livre, préfacé par le duc de La Force, retrace l’historique des livrées et des boutons armoriés, dresse la liste des fabricants français de ces boutons et présente une première série de 1 000 boutons de livrée avec leurs photos et leurs descriptions techniques, s’attachant chaque fois à retrouver quelques éléments de vie de leurs propriétaires. Avec 1 000 boutons de livrée en provenance des cours royales, de maisons princières ou ducales, de la noblesse parisienne ou de province, mais aussi de la bourgeoisie ou du monde industriel, des gens de lettres ou des arts, des courtisanes… poussons la porte des artisans, redécouvrons l’histoire des livrées et de ces fabricants de boutons, artistes à la renommée internationale, et redonnons vie à ces petits objets héraldiques témoins de la vie d’une époque. A priori muets, comme le personnel qui les portaient, ces boutons ont finalement beaucoup de choses à dire…

Commentaires Facebook

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

♫ Cantiques

13:30 14:00